Comme chaque été depuis 2009, les anciens abattoirs d’Hydra se plient à l’art contemporain. De manière ludique et inattendue avec the secret of the Phaistos Disc, l’oeuvre de Pawel Althamer.   
On nous a si bien appris la mise à distance et les tours de piste qu’il est parfois encore difficile d’entrer dans la danse même si on nous y invite. Le public est habitué aux musées sanctuaires. Et pourtant comme l’année dernière, dans les anciens abattoirs d’Hydra, lieu dédié à l’art contemporain depuis 2009, la Fondation Deste et Dakis Ioannou, son fondateur, lézardent les habitudes en proposant des expositions interactives. En 2013, Urs Fisher avait convié promeneurs, touristes, insulaires, enfants et grandes personnes à pétrir la terre en bord de mer et à créer des objets in situ qui vivaient leur vie sous le soleil. 

SONY DSC

Cette année, c’est Pawel Althamer qui a été invité à prendre possession de ce lieu singulier qui lui va comme un gant. L’artiste polonais est en effet coutumier des convocations anti-conformistes.  Souvenez-vous. Déjà, en 2003, il avait demandé à des immigrants polonais de détruire l’espace de la Wrong Gallery de New York afin de la reconstruire à l’identique : un geste audacieux qui égratignait la sacro-sainte autorité artistique. De la même manière, à Berlin, il avait transformé le « white cube » de la galerie Neugerriemschneider en un lieu désolé et vide, rappelant son état originel, après la chute du Mur et avant l’embourgeoisement du quartier. 

SONY DSC

Dans cet espace confiné mais chargé, Pawel Althamer incite ici les visiteurs  à chambouler son installation selon leur inspiration ou leur humeur. Ere de jeu, scène d’un théâtre miniature, happening ?  Jalonnée de figurines articulées et amies ainsi que d’objets familiers à différentes échelles, l’oeuvre de l’artiste, conglomérat de sculpture et de performance, incite à faire le point : sur la famille, sur le caractère des relations humaines, sur les structures sociales et plus largement sur cette« famille universelle » qui peuple la cité. Ce sont les enfants de l’artiste qui, lors du vernissage, ont été les protagonistes de l’ installation : ils ont recomposé à l’envi les scènes d’un quotidien un peu baroque où siège le disque de Phaistos, l’un des plus grands mystères de la cryptologie. En greffant ici une mobilité participative, Althamer repousse encore les limites de la sculpture.

SONY DSC

SONY DSC

Inutile de préciser que les jeunes visiteurs ont trituré à foison cet espace de liberté. Les adultes sont en général plus circonspects. Bien que cela ne tombe pas sous le sens, certains n’hésitent pas toutefois à plancher sur le fameux disque de Phaistos, relique de terre cuite de la civilisation minoenne, et à imaginer in situ autour de ces mystérieuses hiéroglyphes d’autres graphismes à coups de crayons et de couleurs. Au coeur de l’été, tout ici fait appel d’air.
Slaughterhouse, Hydra. Jusqu’au 29 septembre. www.deste.gr 

SONY DSC

Iris Touliatou (1981) triture l’histoire au sens large et effeuille des domaines aussi vastes que l’architecture moderniste, l’histoire de l’art, le théâtre, le cinéma, la littérature. A partir d’un « incident » choisi, elle met le doigt sur ces glissements, ces déformations qui apparaîssent avec le temps et s’aligne sur l’axe des 3 M (Memory, Materiality, Modernity) afin de leur donner une nouvelle résonance. Parmi ces « incidents », citons le drame architectural de la chaîne d’hôtels Xenia en Grèce, l’annulation de la première de The Cradle will rock, un opéra organisé par le theater federal project en 1937 et dirigé alors par le jeune Orson Welles ou encore le projet mort dans l’oeuf du film Glass House d’Eisenstein. Ses compositions et ses sculptures traitées sans aucune nostalgie et de manière presque journalistique sont des instants figés dans le temps qui toutefois accordent à la pensée ses oscillements : entre mémoire et attente, tangible et intangible, faits et hypothèse, visible et anticipation.
Iris Touliatou vit entre Berlin, Paris et Athènes et a participé à de nombreuses expositions internationales.
Iris Touliatou 2 Sans titreThe Cement Is Just For Weight, Dear, métal patiné, béton, miroir et verre. Installation au GFZK, musée d’AC de Leipzig.
iris touliatou 4 (677x676)Le Corbusier, collage sur C-Print
iris touliatou 3New Theaters For Old, collage sur C-Print

 

 

 

 

Dans les oeuvres de Dionisis Kavallieratos (1979), il y a toujours un jeu de bascule, une signification qui s’inverse, une double interprétation possible. L’artiste tient  la posture de l’ habile stratège qui attire le spectateur dans sa nasse afin de distiller le doute avec un jeu de miroirs sans fin. Kavallieratos ne ménage pas les apparences et prend un malin plaisir à tisser des coïncidences, à maquiller la façade, à déclencher l’ effet domino. Pour lui le monde est une carte à gratter composé de couches successives. Et l’une fait la nique à l’autre. Regardez ce qui se passe sous l’élégante glaçure des céramiques. Tout n’est pas joli, joli. Dérision et lubricité coiffées par un grand éclat de rire… Ainsi va le monde.
Dionisis Kavallieratos (1979) vit et travaille à Berlin. Il est représenté par la Galerie Bernier Eliades à Athènes.
 
Philosophical Pyramid…

 Goya on Yoga

 Educational Fence
Valentinan Karga (1986) s’est intéressé à toutes les transformations socio- économiques actuelles et, en particulier, à celles qui ont trait aux systèmes d’autonomie, de circuit fermé et de durabilité. Pour les projets 30 jours dans mon jardin et 15 jours sur mars, l’artiste s’est mise en situation afin d’expérimenter deux modes de vie alternatifs. Elle a, à la fois, imaginé un système de vie autonome dans la ville à Berlin comptant sur la seule production de son jardin et étudié la possibilité d’une vie à long terme sur Mars dans la station Mars Desert Research située au fin fond de l’Utah. Et elle a observé une grande similude entre ces deux systèmes expérimentés dans des lieux éloignés culturellement et géographiquement. Une réflexion qui, grâce à la toile, engendre aussi une autre notion : celle du partage et de la dimension globale.
Valentina Karga née dans la péninsule de Chalkidiki vit et travaille à Berlin.

6. 15 days on Mars_extravehicular activity (2) (800x533)

 15 DAYS ON MARS

10. Afresh_exhibition setup (800x533)

 EXPOSITION A FRESH A L’EMST A ATHENES

3. 30 days in the garden_exchange with Tessa (800x600)