Abdelaziz Zerrou, lauréat de l'édition 2 du prix HYam

En arabe Atlasouna, titre de l’œuvre d’Abdelaziz ZERROU, signifie “notre Atlas”. Grand Titan de la mythologie grecque condamné par Zeus à porter une voûte céleste dont les colonnes qui la supportent seraient situées dans le détroit de Gibraltar, Atlas a aussi marqué la géographie et l’histoire du Maghreb. La légende dit, qu’en mourant, Atlas aurait donné son nom à une montagne cosmique, qui s’étend d’Agadir à Tunis. La Grèce et le Maroc sont liées par de nombreuses similitudes, passées, présentes et à venir.

       Atlasouna, projet sur la place Makariou

Berceaux de grandes civilisations aux géographies voisines, ces deux pays qui eurent à gagner leur indépendance semblent poursuivre des destinées juxtaposées. Ne sont-ils pas aujourd’hui confrontés aussi à la constante problématique des frontières et de l’immigration ? Quand Albert Camus évoquait la Méditerrannée et ce “nationalisme du soleil“ qui brouille les bornes et les limites de tout ordre n’imaginait-il pas une troisième piste où circuler plus paisiblement ? C’est à partir de cette réflexion camusienne qu’ Abdelaziz ZERROU met en lumière une “sortie de rang“.

Sa sculpture/installation qui représente la montagne de Toubkal, point culminant du Haut Atlas, d’habitude si lointaine devient un élément familier à la fois visuel et sonore. Téléportée de manière réaliste sur la place publique, lieu qui est à tout le monde mais qui n’appartient à personne, Atlasouna est une réponse esthétique qui révèle une toute nouvelle proximité et ouvre un chemin de traverse. Comme si, sous le soleil de la Méditerranée, les terres corsetées par l’histoire et les politiques officielles n’avaient plus de lignes de démarcation.

Les huit artistes sélectionnés

Le Maroc

Après la Grèce, berceau de notre civilisation, le second pays retenu pour cette nouvelle édition est le Maroc.

Après une première édition consacrée à la scène gréco-chypriote, l’association HYam invite aujourd’hui la jeune scène artistique marocaine et donne de l’ampleur à son engagement sur le volet méditerranéen grâce à un accompagnement personnalisé autour de trois temps forts en Grèce et à Paris. 

Pour cette deuxième édition récompensant un artiste marocain de moins de 36 ans, le/a lauréat/e, élu/e par un jury international aura l’opportunité de créer une œuvre dans l’espace public d’Hydra au cœur de la ville avant d’être accueilli en résidence pour une durée d’un mois.

Pendant son séjour, l’artiste lauréat pourra approfondir une réflexion autour de son travail en résonance avec le caractère spécifique de l’île, qui fera l’objet d’une présentation à l’automne à Paris chez Artcurial, partenaire du projet, lors d’une table-ronde consacrée à la scène marocaine. 

Grâce à l’ouverture du pays et à des échanges de plus en plus nombreux, la jeune scène artistique marocaine partage aujourd’hui ses différences culturelles, ses interrogations profondes et aussi sa formidable capacité à assimiler ses héritages. Le rôle d’HYam est d’amplifier cet écho et, de participer au rayonnement international d’une jeune scène artistique en marche.

arcurial
Sans titre-1

Les dates

  • Mai 2018, L’annonce du lauréat, Artcurial, Paris

Réunion du jury à Paris et annonce du/de la lauréat(e) du prix HYam.

  •  Juillet 2018 L’installation, Hydra, Grèce

Après avoir été choisi par un jury international parmi huit jeunes artistes préalablement sélectionnés par HYam, le/a lauréat/e aura l’opportunité de réaliser le projet pour lequel il a été élu. L’installation sera exposée, durant deux mois, dans l’espace public d’Hydra.

  • Septembre 2018, La résidence,  Hydra, Grèce

L ‘artiste lauréat sera accueilli en résidence durant un mois afin de mener un travail préparatoire en résonance avec le caractère spécifique de l’île.

  • Décembre 2018, La table ronde, Artcurial, Paris

Le lauréat aura ensuite l’opportunité de présenter son travail ainsi que le fruit de ses recherches en résidence lors d’une table ronde ayant trait plus largement à l’art contemporain marocain.

Le comité

Présidé par François Tajan, président délégué de la maison de ventes Artcurial et partenaire d’HYam, le jury 2018 est composé de : 

 

  • Xenia Geroulanou, directrice de la Galerie Thaddaeus Ropac Paris
  • Anaël Pigeat, rédactrice en chef de la revue Artpress
  • Philippe Riss-Schmidt, curateur et fondateur d’Hyperpavilion à la dernière Biennale de Venise
  • Bérénice Saliou, directrice artistique de l’ICI (Institut des Cultures d’Islam)
  • Emmanuel Saulnier, artiste et professeur aux Beaux-Arts de Paris
  • Andreas KourKoulas et Maria Kokkinou, architectes et auteurs du Musée Benaki à Athènes,
  • Meryem Sebti, directrice de la publication, rédactrice en chef de Diptyk et partenaire de l’événement 
  • Alexis Veroucas, artiste et collectionneur